Histoire de l'université

Rétrospective sur 135 ans d'histoire

1919-1943 - Les années sombres

  1. : Au feu !

    Le 22 novembre 1919, un incendie ravage l’immeuble principal de la rue Saint-Denis. La reconstruction, entreprise l’année suivante, engloutit une partie des fonds de la première campagne de souscription, qui devaient servir à l’achat de matériel et à l’embauche de professeurs. Deux ans plus tard, deux autres incendies, l’un rue Saint-Denis et l’autre dans l’immeuble de l’École de médecine dentaire, rue Saint-Hubert, forcent l’Université à envisager sérieusement la possibilité de déménager dans un nouveau bâtiment, plus spacieux et plus conforme aux besoins de la communauté

  2. : Le savoir sur le divan

    Considéré comme le père de la psychanalyse au Québec, le dominicain Noël Mailloux, professeur au Département de philosophie, fonde l’Institut de psychologie de l’Université de Montréal. Ancêtre du Département de psychologie, l’Institut fait preuve d’audace en introduisant les travaux de Freud dans l’enseignement universitaire au Québec. Un an plus tard, Noël Mailloux met sur pied le Centre d’orientation pour la rééducation des enfants en difficulté. Ses travaux sur la délinquance juvénile contribueront au développement de nouvelles méthodes psychothérapeutiques pour la réhabilitation des jeunes délinquants.

  3. : Les premiers status

    Conformément à la volonté de Rome, l’Université de Montréal se donne une charte civile et procède à l’intégration des facultés et des écoles qui lui étaient jusque-là affiliées. Entre 1920 et 1925, sept nouvelles facultés se greffent aux trois facultés fondatrices : philosophie, lettres, sciences, médecine vétérinaire, chirurgie dentaire, pharmacie et sciences sociales, économiques et politiques. Trois écoles préservent leur statut d’institution affiliée : l’École Polytechnique, l’École des Hautes Études Commerciales et l’Institut agricole d’Oka.

  4. : Fide splendet et scientia

    Le vice-recteur Émile Chartier crée les armoiries de l’Université de Montréal, décrites en ces termes dans le langage héraldique : « D’azur à deux tours pointues d’or réunies par une courtine du même ton et surmontées à dextre d’une étoile d’or et à senestre d’une étoile d’argent. » Les deux tours rappellent les origines de l’enseignement donné à Montréal aux Amérindiens par les sulpiciens et les religieuses de la congrégation de Notre-Dame. Les étoiles d’or et d’argent représentent respectivement la foi et la science, en référence à la devise de l’Université : Fide splendet et scientia (« Elle rayonne par la foi et la science »).

  5. : Édouard Montpetit

    Premier laïc invité à jeter les bases de l’Université de Montréal autonome, Édouard Montpetit fonde en 1920 la Faculté des sciences sociales, économiques et politiques, qui deviendra la Faculté des sciences sociales avant d’être intégrée à la Faculté des arts et des sciences en 1972. Jusqu’en 1950, il exerce les fonctions de secrétaire général, et son nom reste associé au développement de toutes les facultés et les grandes écoles de l’Université, dont les HEC. En 1967, l’UdeM lui rendait hommage, en lui élevant une statue devant les résidences, en bordure de la rue qui porte son nom.

  6. : Du radium pour traiter le cancer

    En 1921, le gouvernement du Québec fait l’achat, au coût de 100 000 $, d’un gramme et quart de radium, qu’il confie au docteur Ernest Gendreau, professeur à la Faculté des sciences. Médecin et radiologiste formé à l’Institut du radium de Paris, le docteur Gendreau fonde l’année suivante l’Institut du radium de l’Université de Montréal, un centre voué à la recherche clinique sur le cancer. Installé au sous-sol de l’édifice de la rue Saint-Denis, l’Institut sera le premier en Amérique à utiliser un appareil à rayons X de 200 000 volts pour le traitement du cancer.

  7. : L’union étudiante

    À sa naissance, l’Association générale des étudiants de l’Université de Montréal regroupe 2022 étudiants. Son mandat : « Répondre aux besoins collectifs et individuels des étudiants, défendre et revendiquer leurs droits et remplir les obligations qui reviennent à la classe étudiante dans la société. » Indépendante de l’administration et de l’autorité de l’Université à compter de 1940, l’Association met en marche de nombreux services, dont le Service d’aide aux étudiants. Elle connaîtra son apogée dans les années 60, mais sera dissoute en 1969 en raison des critiques formulées contre son orientation politique. Elle comptait alors 13 622 membres.

  8. : Un exemple d’architecture moderne

    Ernest Cormier est désigné pour établir les plans du nouveau campus de l’Université sur un terrain nouvellement acquis par celle-ci : le versant nord du mont Royal, dans le quartier Côte-des-Neiges. Le 26 mars 1926, l’architecte réputé soumet le premier plan d’ensemble du nouveau campus, dont la pierre angulaire est le pavillon central. Conçu à l’origine pour abriter un hôpital universitaire, cet édifice se démarque par la modernité de son architecture et la simplicité de ses lignes. Le chantier est officiellement inauguré en 1928, mais ce n’est que deux ans plus tard qu’on procède à la première pelletée de terre.

  9. : La crise frappe l’Université

    La crise économique qui sévit en Occident contraint l’Université à suspendre les travaux de construction de son nouveau pavillon. La période de désarroi financier qui s’amorce va mettre en péril non seulement le nouveau campus, mais l’existence même de l’institution montréalaise. À plusieurs reprises, on doit suspendre le versement des salaires aux employés et, périodiquement au cours des années 30, la rumeur se répand que l’Université songe à vendre l’édifice inachevé pour assurer sa propre survie. La « tour de la faim », comme on la surnomme alors, restera en plan pendant plus de 10 ans.

  10. : Place aux diplômés !

    L’Université de Montréal est encore jeune, mais elle a déjà des anciens. Et c’est vers eux qu’elle se tourne au plus fort de la crise qui menace son existence. Incorporée le 15 juin 1934, l’Association générale des diplômés se donne pour mission d’accroître le prestige social de l’Université et de lui apporter aide et soutien financier. Le 29 mai 1936, ils seront 2000 à se rassembler dans les locaux inachevés de leur alma mater à l’occasion du premier banquet des diplômés. Le banquet deviendra un rendez-vous annuel pour les diplômés, dont le nombre s’élevait en 2002 à 160 000.

  11. : L’œuvre d’une vie

    Avec la fondation de l’Institut botanique en 1920, Marie-Victorin avait entrepris de dresser l’inventaire de la flore québécoise. Quinze ans plus tard, il publie le fruit de ses travaux dans l’ouvrage le plus important de l’histoire scientifique québécoise, La Flore laurentienne. Résultat de nombreuses herborisations menées aux quatre coins du Québec, ce livre phare est devenu une référence et a valu à son auteur une renommée internationale. Sa publication coïncide avec le début des travaux de construction du Jardin botanique de Montréal, dont Marie-Victorin fut le maître d’œuvre et qui allait ouvrir ses portes en 1939.

  12. : La chasse aux microbes est ouverte

    Armand Frappier fonde l’Institut de microbiologie et d’hygiène, le premier centre de recherche fondamentale en médecine à voir le jour au Québec. Formé à l’Institut Pasteur de Paris, Armand Frappier s’est signalé par ses travaux sur le traitement de la tuberculose : il sera l’un des premiers chercheurs nord-américains à confirmer l’innocuité et l’efficacité du bacille de Calmette-Guérin (BCG) dans le développement d’un vaccin antituberculeux. L’Institut de microbiologie et d’hygiène sera rebaptisé Institut Armand-Frappier en 1975.

  13. : L’UdeM en tutelle

    Le gouvernement du Québec adopte la Loi pour venir en aide à l’Université de Montréal. Cette loi donne naissance à la Société d’administration de l’UdeM qui, au cours de la prochaine décennie, agit à titre de propriétaire et d’administratrice des biens de l’Université. Le geste correspond à une mise en tutelle et introduit le pouvoir civil dans l’administration de l’institution. Mais, pour plusieurs, il annonce le parachèvement des travaux sur le campus, qui de fait reprendront dès 1941.

  14. : Une espèce rare

    Découvert en 1865 dans le bassin de la rivière Richelieu, ce n’est qu’en 1942 que le Moxostoma hubbsi entre officiellement dans la littérature scientifique grâce à un professeur de biologie de l’Université de Montréal, Vianney Legendre. Mieux connu en français sous le nom de « suceur cuivré », ce poisson, l’une des 30 000 espèces répertoriées dans le monde, sera rebaptisé dans les années 90 « chevalier cuivré » en raison de « ses grandes écailles rappelant l’armure des chevaliers tant par leurs reflets métalliques que par leur rôle de protection ».